SEO E-commerce : 6 points-clés pour atteindre la première page de Google

Une boutique physique qui a pignon sur rue attirera plus facilement les clients. De la même façon, une boutique en ligne bien positionnée sur Google attirera davantage de visiteurs.

Toutefois, pour améliorer le référencement de votre site, il est important de connaître les points-clés du SEO pour les e-commerces.

Dans cet article, je vous propose de faire un tour d’horizon des 6 facteurs les plus importants pour améliorer le référencement de votre site e-commerce. Comme toujours, j’accompagnerai mes explications d’exemples concrets pour vous aider dans vos actions d’optimisation SEO.

SOMMAIRE :

1. Recherchez des mots-clés pertinents

Avant de débuter, faisons un petit point sur la terminologie employée. J’utilise dans cette partie les termes « mot-clé » et « requête-clé » indistinctement, car ils sont souvent employés en tant que synonymes.

Il existe cependant une différence entre les deux. Le mot-clé est un mot ou expression unique (ex : imprimante), alors qu’une requête-clé correspond à une suite de plusieurs mots (ex : cartouches d’encre pour imprimante).

Aujourd’hui, il est rare que les internautes tapent simplement un mot-clé dans la barre de recherche, mais ce terme reste beaucoup plus utilisé que celui de requête-clé.

Trouver les bons mots-clés avec les bons outils

Comment faire pour trouver des requêtes-clés qui contribueront au bon positionnement de votre e-commerce sur les moteurs de recherche ? Il existe plusieurs méthodes.

Vous pouvez bien entendu réfléchir aux questions et problèmes auxquels vous souhaitez répondre avec votre site. Cela vous guidera dans vos thématiques, mais ça ne vous permettra pas de savoir quels sont les mots-clés les plus adéquats.

La première solution pour trouver les mots-clés de votre e-commerce est simple mais essentielle. Elle consiste à identifier les problématiques de vos clients et prospects en échangeant avec eux :

  • relisez les emails qu’ils vous ont envoyés pour analyser leurs besoins, attentes, doutes, etc. ;
  • prenez des notes lors de vos conversations téléphoniques ;
  • discutez avec eux à l’occasion de salons professionnels ou lors de rencontres informelles.

Quels sont les termes qui ressortent le plus souvent de ces échanges ? Identifiez-les, car ce sont peut-être les fameux mots-clés que vous recherchez.

Pour trouver vos mots-clés, servez-vous de vos interactions avec vos clients.

Une autre solution, qui peut d’ailleurs être utilisée en complément de la première, est de faire appel à des logiciels de recherche de mots-clés. Il en existe des dizaines sur Internet. Voici ceux que je vous recommande :

  • Ahrefs : mon logiciel favori pour la recherche de mots-clés avec son outil Keywords Explorer (payant) ;
  • SEMrush : son outil de recherche de mots-clés Keyword Magic (payant) a reçu un prix aux Interactive Marketing Awards de PubCon 2019 ;
  • Google Keyword Planner : c’est sans doute l’outil le plus connu et en plus il est gratuit, mais ce n’est cependant pas le plus puissant.

Que veut l’internaute en tapant cette requête ?

Lorsque vous avez listé vos idées de mots-clés, il est important de savoir ce qu’il se cache derrière. Autrement dit, il faut définir l’intention de recherche liée à cette requête. Généralement, il s’agit d’une question que l’internaute se pose.

Parfois, l’intention de recherche est très claire, mais dans certains cas elle peut demander une analyse minutieuse.

Imaginons que vous proposiez sur votre e-shop des appareils et ustensiles de cuisine. Vous avez identifié deux requêtes qui tournent autour des cuiseurs vapeur :

  1. « meilleur cuiseur vapeur » : ici, la question de l’internaute est évidente, il veut savoir quel est le meilleur cuiseur vapeur.
  2. « cuisiner cuiseur vapeur » : là, l’intention est moins claire.

Est-ce que l’internaute souhaite savoir pourquoi il devrait utiliser un cuiseur vapeur ? Comment cuisiner avec cet appareil ? Quels sont les avantages et inconvénients à cuisiner au cuiseur vapeur ? Il faudra donc creuser un peu pour comprendre quel est son besoin réel.

Les résultats Google peuvent être un excellent indicateur pour comprendre le besoin dissimulé derrière une requête. Tapez votre requête-clé et analysez les résultats affichés.

Dans l’exemple ci-dessus, si je recherche « cuisiner cuiseur vapeur » sur Google, je tomberai principalement sur des recettes au cuiseur vapeur. Voilà donc ce que recherchent implicitement les personnes utilisant cette requête.

Intérêt, concurrence et volume : le trio gagnant d’une requête pertinente

L’analyse ne s’arrête pas à l’intention de recherche pour trouver les meilleurs mots-clés pour votre e-commerce. Il faut encore s’attarder sur quelques points.

L’intérêt de la requête pour votre site e-commerce

Lorsque vous aurez compris les questions qui se cachent derrière les mots-clés, vous pourrez déterminer si vous êtes en mesure d’y répondre ou non. Ainsi, vous pourrez mettre de côté les mots-clés qui ne concernent pas votre activité et ne garder que les plus intéressants.

La concurrence sur ce mot-clé

Bien que la concurrence ne doive pas être un point bloquant, il faut cependant en tenir compte. Si un mot-clé est très concurrentiel, cela peut vous ralentir dans votre stratégie SEO.

Pour connaître le niveau de concurrence d’un mot-clé, vous pouvez utiliser les logiciels précédemment cités (Ahrefs, SEMrush…).

Pour analyser plus finement la pertinence de la concurrence, tapez vous-même la requête dans un moteur de recherche et consultez les 10 premiers résultats :

  • les pages qui ressortent répondent-elles à l’intention de recherche que vous avez identifiée ?
  • pensez-vous pouvoir faire mieux que ce que proposent vos concurrents ?

Si vous pensez que vos concurrents sont déjà très bons sur cette requête, peut-être vaut-il mieux la remettre à plus tard. Sinon, lancez-vous !

Outre la pertinence, il faut aussi être en mesure de déterminer la popularité des concurrents. En effet, un concurrent très populaire sera difficile à détrôner. Cela va demander davantage de temps  et de travail.

Là encore, basez-vous sur les outils mentionnés ci-dessus pour vous aider dans votre étude de la popularité.

Pour tout savoir de la pertinence et de la popularité, consultez cet article : Comment fonctionne Google ?

En SEO, ne vous laissez pas impressionner par le niveau de concurrence d’un mot-clé !

Le volume de recherche

Le dernier point à prendre en compte est celui du volume de recherche. Encore une fois, jetez un œil aux outils évoqués plus haut pour connaître ce paramètre.

Sachez qu’il existe également des plug-ins que vous pouvez ajouter à votre navigateur et qui vous donnent directement le volume sur une requête. Le premier qui me vient à l’esprit est Keyword Surfer, mais il en existe bien d’autres.

volume de recherche : cuiseur vapeur

Si vous avez identifié un mot-clé mais que celui-ci n’intéresse personne, ne perdez pas votre temps. Passez au suivant.

vous pouvez bien entendu choisir des mots-clés avec un faible volume de recherche si vous proposez des produits ou solutions de niche.

En effet, il y a peu de chance d’avoir des volumes faramineux sur des biens ou services qui sont très spécifiques.

2. Optimisez l’arborescence de votre e-commerce

Créer une arborescence basée sur les mots-clés pour renforcer le SEO de son e-commerce

Maintenant que vous avez effectué votre recherche de mots-clés, vous allez pouvoir la mettre à profit ! Celle-ci va vous servir à créer la meilleure arborescence possible pour votre site e-commerce.

En effet, plutôt que de partir de vos contenus existants, vous allez utiliser les mots-clés pour créer une arborescence qui répond réellement aux besoins et problématiques de vos visiteurs.

Ainsi, votre site e-commerce bénéficiera d’une structure optimisée qui plaira aux internautes. Et plus un site plaît aux internautes… Plus il plaît à Google ! CQFD.

Envie de savoir pourquoi créer l’arborescence de son site e-commerce à partir de contenus existants est un mauvais réflexe ? Je vous invite à lire cet article : Créer l’arborescence de votre site web : LA bonne méthode.

Comment créer l’arborescence de son e-commerce à partir de mots-clés ?

Les requêtes que vous avez identifiées vont vous permettre de définir la structure de votre e-commerce :

  • la page d’accueil ;
  • vos catégories et sous-catégories ;
  • vos pages de blog.

L’objectif étant d’aboutir sur une architecture logique pour vos visiteurs plutôt que pour vous. Après-tout, c’est aux besoins de vos visiteurs que votre e-commerce doit répondre.

Analysez vos mots-clés. Celui qui représente le mieux votre activité sera votre mot-clé principal : ce sera lui qui « donnera le ton » pour la globalité de votre site.

D’autres mots-clés importants, spécifiques sans être trop restrictifs, pourront constituer vos catégories principales. Les mots-clés plus spécifiques serviront à vos sous-catégories ou pages produits.

Enfin, ceux relatifs à des problématiques soulevées par les internautes seront plus adaptés à des articles de blog.

Vous pouvez organiser vos mots-clés dans un tableau Excel en indiquant à quel type de page ils correspondent et, le cas échéant, quelle est la page-mère associée.

Pour vous aider dans cette tâche, je vous donne un exemple concret de création d’arborescence dans la vidéo ci-dessous.

3. Optimisez votre page d’accueil

La page d’accueil, ou home page, est un passage quasi-obligatoire pour les visiteurs de votre site. C’est généralement elle qui va drainer le plus de trafic.

Sauf cas particulier, il est plus important qu’elles puissent « ranker » (bien se positionner dans les résultats de Google) sur le nom de votre marque plutôt que sur des mots-clés.

Imaginez un instant qu’un internaute tape le nom de votre site/marque dans la barre de recherche Google et ne trouve pas votre home page dans les premiers résultats… Catastrophe !

C’est aussi vers elle que va pointer la plupart des backlinks (liens externes) que vous réussirez à obtenir. Dans ce cas, votre page d’accueil aura pour vocation à distribuer la popularité acquise à travers ces liens vers le reste de votre site.

Pour bien optimiser votre page d’accueil, il faut la voir véritablement comme la porte d’entrée de votre boutique. L’ergonomie de la page est donc primordiale.

Si vous avez identifié des catégories ou fiches produits qui sont importantes pour vous, il faudra placer des liens vers celles-ci directement sur votre page d’accueil. Cela permettra une redistribution optimale de la popularité.

Le visiteur doit comprendre au premier coup d’œil :

  • qui vous êtes ;
  • quelle est votre offre ;
  • pourquoi ils doivent acheter sur votre site (en quoi vous leur offrez la solution qu’ils attendent).

De plus, il doit pouvoir facilement se repérer dès « le pas de la porte » et s’orienter sans difficulté dans vos rayons virtuels (vos catégories).

Pour améliorer le SEO de votre e-commerce, votre page d’accueil devra être impeccable sur les points suivants :

  • mettre en avant les éléments les plus importants ;
  • être rassurante pour le visiteur ;
  • contenir des textes brefs, percutants et structurés ;
  • montrer des images parlantes ;
  • proposer un menu clair.
Compte tenu du nombre important de mobinautes, il est également primordial d’avoir un site e-commerce responsive (adapté à la navigation sur Smartphone).
Considérez votre page d’accueil comme l’entrée d’une boutique physique : rendez-la attrayante !

4. Créez des catégories orientées SEO

Ajouter un texte pertinent qui décrit la catégorie

Bien que ce ne soit pas ce que vos visiteurs vont regarder en premier, il est important que vos pages de catégories contiennent un texte. Il y a deux raisons à cela :

  • tout d’abord, les éléments textuels sont ceux que Google reconnaît le mieux, il pourra donc identifier ce que propose votre catégorie et la mettre en avant en conséquence ;
  • ensuite, cela aidera les visiteurs à comprendre ce que contient la catégorie.

Ce texte ne doit donc pas être qu’une succession de mots-clés. Il doit avoir du sens pour les internautes.

Conseil pratique : si la description de catégorie se situe au-dessus de la présentation des produits, ne rédigez pas un texte trop long afin d’éviter à l’utilisateur de devoir scroller pour consulter ce que vous vendez. Cela pourrait nuire à son expérience sur votre site.

Pour aller plus loin, j’ai rédigé ce guide pour rédiger des textes optimisés SEO.

Montrer les produits qui représentent le mieux la catégorie

Pour une page de catégorie bien optimisée, pensez à mettre en avant les produits qui la représentent le mieux. Pour cela, montrez toute la diversité de votre gamme en termes de variété de produits et de prix.

Si les visiteurs ne voient pas au premier coup d’œil tout l’éventail de possibilités qu’offrent vos catégories, ils risquent de repartir sans explorer davantage vos pages. À vous donc de montrer les produits qui susciteront le plus leur intérêt !

Faciliter la navigation

Comme nous l’avons vu dans la première partie, un site ecommerce SEO est un site capable de répondre aux besoins de ses visiteurs. Ces derniers doivent notamment pouvoir trouver les réponses à leurs requêtes au sein des pages de catégories.

Vos catégories doivent donc aider l’internaute dans son choix de produits. L’idéal, si votre catalogue est très étoffé, consiste à mettre en place des filtres.

Les internautes peuvent ainsi affiner leur recherche et tomber exactement et facilement sur le produit dont ils ont besoin : la réponse à leur requête !

Vous pouvez créer des filtres sur différents paramètres comme :

  • les couleurs des produits ;
  • leurs prix ;
  • les matières ;
  • les promotions en cours ;
  • les tailles disponibles…

Exemple :

Un internaute tape sur Google « cuiseur vapeur inox » (ne me demandez pas pourquoi, les cuiseurs vapeur m’inspirent aujourd’hui). Grâce à un texte bien optimisé, votre catégorie « cuiseurs vapeur » arrive sur la première page de résultats.

L’internaute ouvre votre page de catégorie et tombe sur un grand choix de produits. Avec un filtre « matériaux » il pourra alors sélectionner « inox » et consulter immédiatement les articles qui répondent parfaitement à sa requête.

À vous de déterminer les critères les plus pertinents pour faire le tri dans votre catalogue.

N’hésitez pas à vous baser sur votre recherche de mots-clés pour définir l’importance de vos filtres. Si la requête « t-shirt en coton » est davantage recherchée que « t-shirt en lin », vous saurez qu’il faudra placer coton avant lin dans votre filtre « matières ».

Outre les filtres, pensez aussi à insérer des liens vers d’éventuelles sous-catégories. Ainsi, vous faciliterez également l’expérience utilisateur en rendant la navigation plus fluide.

Conseil SEO : vos visiteurs peuvent-ils naviguer facilement dans vos différentes catégories ?

Pour finir, il faut que vos visiteurs puissent identifier les caractéristiques principales des produits dès la page de catégorie, sans avoir à ouvrir chaque fiche-produit individuellement.

Parmi ces caractéristiques importantes, on retrouve généralement :

  • une photo représentative du produit (évitez les photos génériques du fournisseur qui se ressemblent toutes) ;
  • le prix ;
  • son nom (là encore, optez pour un nom explicite et identifiable).

En fonction de la typologie des produits, il pourra être judicieux de faire apparaître d’autres informations. Ces paramètres sont à définir au cas par cas.

Vous vendez des canapés ? Indiquez s’ils sont 2 ou 3 places. Des cosmétiques ? Faites apparaître les labels et certifications de vos produits (Ecocert, cruelty-free, Made in France, etc.).

5. Optimisez vos fiches produits pour le SEO

Quelles fiches produits devriez-vous optimiser ?

Bonne nouvelle ! Il n’est pas nécessaire d’optimiser la totalité de vos fiches produits (j’entends d’ici vos « oufs ! » de soulagement).

Imaginons que vous avez 4 000 références disponibles à la vente. Optimiser 4 000 fiches produits serait une perte de temps considérable. Il est donc préférable de ne retravailler que celles qui en valent la peine.

Concentrez-vous sur les produits qui :

  • sont les plus représentatifs de votre marque ;
  • sont les plus rentables ;
  • ont le plus de potentiel en termes de trafic ;
  • etc.

Pour vous aider dans votre sélection, vous pouvez faire appel à la fameuse Loi de Pareto. Ce principe, né des constatations de l’économiste italien Vilfredo Pareto, suggère que 20 % des causes entraînent 80 % des effets.

Il s’agit d’un résumé simplifié de cette loi, qui, en réalité, est un petit peu plus complexe que cela. Mais dans l’absolu, le principe de Pareto permet, au sein d’un ensemble, de faire le tri entre ce qui est d’importance stratégique (les 20 %) et le reste.

Si on applique cette règle à votre site, vous pourriez améliorer le référencement de votre e-commerce en vous concentrant sur les 20 % de vos fiches produits les plus stratégiques.

Sur un catalogue de 4 000 références, vous n’auriez donc « que » les 800 fiches les plus importantes à optimiser.

Bien entendu, optimiser 800 fiches d’un coup sera encore trop chronophage. Dans ce cas, appliquez une nouvelle fois la loi de Pareto à ces 800 fiches pour déterminer les 20 % à traiter en priorité, et ainsi de suite jusqu’à avoir optimisé vos 800 fiches produits les plus stratégiques.

Astuce « efficacité SEO » : utilisez la Loi de Pareto pour définir vos fiches produits stratégiques.

Que doit contenir une bonne fiche produit ?

Bien entendu, comme pour toutes les autres pages que vous optimisez, les fiches produits doivent contenir des métadonnées pertinentes et une structure claire avec des balises Hn.

Le rôle d’une fiche produit est de permettre à votre potentiel client de savoir si le produit en question est fait pour lui. Aussi est-il important que celles-ci contiennent tous les éléments utiles à sa prise de décision.

Des visuels variés

Cela commence par des photos. Comme mentionné précédemment, ne vous contentez pas de celles transmises par le fournisseur. Il est important de montrer à l’internaute :

  • des photos sur fond neutre pour qu’il puisse de faire une bonne idée de l’aspect visuel de l’article ;
  • des photos du produit en situation afin de pouvoir s’imaginer en train de l’utiliser.

N’hésitez pas à ajouter autant de photos que nécessaire ! Pour des chaussures par exemple, présentez-les sous toutes les coutures (de côté, du dessus, de dessous, portées avec un pantalon bleu, en ville, à la plage…).

Si vous le pouvez, ajoutez même des vidéos dans lesquelles on peut voir l’article en action. Quoi de plus parlant pour un potentiel acheteur qu’une démonstration des prestations du produit ?

Des descriptions percutantes

Les éléments textuels sont également primordiaux. Il faudra bien évidemment inclure les caractéristiques techniques du produit, mais ce n’est pas tout.

Un texte descriptif, exhaustif et clair est un must pour permettre à vos visiteurs de se faire une meilleure idée de l’article.

Partez du principe que vos clients ne sont pas nécessairement des experts dans votre domaine et qu’ils ont besoin que vous leur parliez de ce qu’ils pourront faire avec votre produit. Soyez pédagogue et n’utilisez pas de jargon technique.

Sachez également que vous pouvez insérer des images au cœur de votre description de produit pour aider davantage vos prospects à l’imaginer en situation.

Vous décrivez une trottinette électrique idéale pour aller au travail sans passer par la case embouteillages ? Montrez cela en image ! Vous vantez les mérites d’une veste imperméable ? Mettez une photo de la veste portée sous une pluie battante.

Des avis d’autres clients

Enfin, faites aussi apparaître les avis clients sur vos fiches produits. Non seulement, cela permettra d’augmenter la quantité de texte sur la page sans effort, et, en plus, ce texte sera optimisé.

Pourquoi optimisé ? Car, lorsqu’ils publient un avis, les clients utilisent leurs mots-clés, ceux qui peuvent être recherchés par d’autres internautes. De même, ils répondent à des questions auxquelles vous n’auriez pas nécessairement pensé.

Exemple (fictif mais réaliste) d’un avis sur un shampoing solide naturel :

J’utilise ce shampoing depuis 2 mois et il est vraiment génial ! Mes cheveux sont plus souples et brillants… Tout ça sans produits chimiques ! Le petit plus que j’adore : ce shampoing solide est vraiment économique, car on peut faire des dizaines de shampoings avec un seul cube.

Et voilà : un avis qui va aider les internautes à la recherche d’un shampoing économique !

Pourtant, ce n’est peut-être pas l’aspect auquel vous auriez pensé en premier lieu avec ce produit. Vous auriez sans doute mis en avant son efficacité, son parfum, son côté naturel, plutôt que l’aspect « économies », non ?

Pour aller plus loin, je vous invite à consulter cet article : « Comment optimiser une fiche produit pour le SEO ? (et pour la vente) »

6. Créez un blog pour être mieux référencé

Quel est l’intérêt du blog pour les e-commerçants ?

Vous vous dites sans doute que de créer un blog est superflu lorsque l’on a un site e-commerce ? Après-tout, vous êtes un commerçant, et non un blogueur. Et pourtant ! Négliger la partie blog de votre site peut vous faire perdre de nombreuses opportunités de ventes.

Un blog est un excellent moyen de créer de nouvelles opportunités de ventes.

Il faut en effet savoir qu’avant d’acheter un produit sur Internet, le client passe par tout un raisonnement. C’est ce que l’on appelle le cycle d’achat.

Ce dernier peut être décomposé en 5 étapes :

  • la prise de conscience du besoin ;
  • la recherche d’informations ;
  • la comparaison des différentes solutions ;
  • l’acte d’achat ;
  • et la satisfaction (ou non).

Le blog va permettre de mettre les prospects dans de bonnes dispositions pour l’acte d’achat en répondant à la deuxième étape du cycle : la recherche d’informations. Dans certains cas, il pourra même être l’élément déclencheur de la prise de conscience du besoin.

Certes, les visiteurs qui liront vos articles de blog n’achèteront pas immédiatement vos produits. Mais si vous leur fournissez les informations qu’ils recherchent, vous vous positionnez en tant qu’expert.

Il y a donc de plus fortes chances qu’ils reviennent vers votre boutique en ligne pour passer à l’achat une fois qu’ils auront trouvé toutes les informations dont ils ont besoin.

D’autre part, en montrant votre expertise dans votre domaine, vous allez également vous attirer les bonnes grâces de Google et améliorer votre référencement.

En effet, ce dernier va comprendre que vous faites plus que juste vendre des produits : vous apportez également de précieuses informations à vos visiteurs !

J’ai eu l’occasion d’interroger une vingtaine de blogueurs qui ont partagé leur expérience sur le lancement de leur blog ici.

🔎 Et pour allez plus loin, vous pouvez consulter cet article : Pourquoi créer un blog ? | 8 (très) bonnes raisons

Un bon article de blog, qu’est-ce que c’est ?

Comme pour le reste de votre site, le blog doit répondre à des problématiques et des questions que se posent vos potentiels clients.

Le but de vos articles est bien entendu que votre lecteur trouve sa réponse, mais aussi qu’il effectue une action. Idéalement, cette action consiste à passer à l’achat.

Pour créer des articles de blog convaincants, je conseille toujours d’utiliser la méthode CLE.

Cette méthode est basée sur 3 idées :

  • compréhension ;
  • lisibilité ;
  • engagement.

Compréhension

La compréhension, tout d’abord, c’est le fait de rédiger des articles à la portée de tous, sans jargon qui risquerait de rebuter le lecteur. Rappelez-vous : il cherche une réponse, pas davantage de questions sur ce que veut dire tel ou tel mot.

Exemple :

Si je vous dis :

  1. IBM a créé un ordinateur de 1 x 1 mm alimenté par cellules photovoltaïques.
  2. IBM a mis au point un ordinateur plus petit qu’un grain de riz et qui fonctionne grâce aux rayons du soleil.

Quelle est la phrase la plus parlante selon vous : la 1 ou la 2 ? Si vous êtes un pro de l’informatique, ça sera peut-être la première. Mais pour Monsieur Tout-le-Monde (votre potentiel client), ça sera à n’en pas douter la seconde option.

Pour étayer vos propos et les rendre encore plus compréhensibles, n’hésitez pas à ajouter des visuels pertinents (photos, vidéos, infographies, etc.).

Lisibilité

Ensuite, en ce qui concerne la lisibilité, cela passe principalement par :

  • des phrases courtes (1 phrase = 1 idée) ;
  • des paragraphes de 3 lignes maximum ;
  • une taille de police adaptée à la lecture sur écran.

N’oubliez pas que sur un ordinateur, et à plus forte raison sur un Smartphone, la lecture est beaucoup plus fatigante que sur un support papier.

Rendre vos pages attractives : une bonne lisibilité permet de ménager les yeux de vos visiteurs.

Engagement

Pour susciter l’engagement du lecteur, il faut lui proposer un contenu qu’il peut tout de suite identifier comme étant de qualité. Pour cela, vos articles doivent être :

  • longs (mais sans « blabla » inutile) ;
  • hiérarchisés grâce à des titres et sous-titres ;
  • convaincants dès l’introduction ;
  • dynamiques et orientés vers le lecteur.
si vos articles sont très longs (comme celui que vous êtes en train de lire), pensez à ajouter un sommaire.

Le sommaire possède deux grands avantages. Tout d’abord, il permet au lecteur de scanner en 5 secondes les informations contenues dans votre article, à condition que vos titres soient suffisamment explicites.

Ensuite, il vous permet de mieux apparaître dans Google grâce aux sitelinks qui seront affichés sur la page de résultats. Ce sont des liens qui renvoient directement aux différents paragraphes de votre article.

inclure un sommaire dans vos articles permets d'obtenir des "site links"

Bonus : les 5 erreurs SEO à éviter en e-commerce

Maintenant que nous avons vu toutes les actions que vous pouvez faire pour améliorer le référencement de votre boutique en ligne, nous allons voir ce qu’il ne faut surtout PAS FAIRE.

1. Proposer du contenu dupliqué

Publier du contenu dupliqué (duplicate content) est une pratique à bannir si vous voulez que votre e-commerce sorte du lot.

Effectivement, il est tentant de reprendre telles quelles les descriptions du fournisseur sur vos fiches produits afin de gagner du temps. Mais cela vous fait perdre en crédibilité auprès de Google. Votre site devient à ses yeux le « mauvais élève » qui copie sur son voisin.

Bien que cela ne soit pas toujours évident, pensez toujours à reformuler le contenu que vous utilisez pour publier des textes uniques.

Pour aller plus loin, j’ai également rédigé cet article : duplicate content : Le comprendre pour mieux s’en protéger

2. Partir de vous et non des besoins du client

Je constate que beaucoup de e-commerçants créent leur boutique en ligne autour de leur offre et non autour des besoins du client. Ne tombez pas dans ce piège.

Plutôt que de construire votre e-commerce en fonction de votre catalogue, faites en sorte qu’il réponde à ce que recherche le client. Adaptez vos catégories et, de manière générale la structure de votre site, aux besoins identifiés.

3. Tout miser sur la pertinence

La pertinence est certes primordiale, mais ce n’est pas la seule chose qui améliorera le SEO de votre e-commerce. La popularité est également vitale.

C’est un facteur qui va certainement vous demander de sortir de votre zone de confort, car vous allez devoir solliciter d’autres sites, des plateformes… afin de gagner en popularité. Mais si vous y arrivez, cela enverra à Google un signal plus que positif !

4. Vouloir optimiser un petit peu toutes les pages de votre site

Une autre erreur consiste à optimiser toutes les pages d’un site, mais de manière partielle. Malheureusement, cela ne vous apportera pas les résultats escomptés.

Mieux vaut optimiser à 100 % (voir à 200 %) les pages les plus importantes et mettre les autres de côté. J’ai déjà évoqué ce point dans le paragraphe sur les fiches produits. Souvenez-vous que vous devez simplement miser sur vos pages les plus pertinentes.

5. Se concentrer sur les aspects techniques

La technique c’est très bien pour signaler à Google votre présence. Il va ainsi repérer votre site plus facilement et l’indexer pour qu’il apparaisse dans sur la page de résultats. Mais ensuite ?

Vous aurez un site techniquement impeccable mais au contenu pauvre qui fera fuir les internautes en quelques minutes.

Mon conseil : laissez la technique de côté et concentrez vous sur le reste ! D’ailleurs, les aspects techniques peuvent facilement être délégués à un prestataire, ce qui n’est pas nécessairement le cas pour votre contenu.


S’il n’y avait qu’une seule chose à retenir de tout ce que je viens de vous expliquer dans cet article, c’est que le SEO en e-commerce se base sur une chose essentielle : le besoin du client.

En répondant aux attentes de vos clients, vous avez toutes les chances d’améliorer le référencement de votre boutique en ligne.

Pour perfectionner davantage votre référencement, j’ai réuni tout ce qu’il faut savoir afin d’être premier sur Google grâce au SEO dans un livre blanc que vous pouvez télécharger gratuitement ici. Vous y découvrirez ma méthode en 3 étapes, pour devenir rapidement le meilleur ami de Google. C’est parti !

Subscribe
Recevoir un email pour
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments